Première visite ? Inscription Connexion | aide
Vous avez 0 nouveaux mails
logo camoo Actualités
Traversées Africaines au Tarmac : Africa de Peter Verhelst sur la scène
image info

Dans un coin d'Afrique reconstituée - décor, ambiance sonore, chaleur, moiteur, équateur - un homme blanc se déshabille, se saisit d'un pistolet à peinture et se recouvre le corps de noir. Peau blanche masque noir... Illusoire.

Il entame une danse, frappe des pieds le sol, semble se fondre dans le noir, au cœur des ténèbres, au plus noir de la nuit. Il se veut un autre, tente de l'être, tente d'aimer. Illusion.

Plus tard, à peine le masque tombé, à peine dégrimé, à peine dégrisé, le voici avec ses noirs à l'âme. Oscar, jean, baskets et tee-shirt, est devant nous et nous explique sa vie. Oscar a deux maisons, l'une en Belgique où il est comédien, l'autre au Kenya où il est propriétaire d'une plantation. Deux continents et deux vies, avec ses porte-à-faux, ses doutes et ses contradictions. Il voudrait être le même en Belgique et au Kenya mais "tout est différent, les blagues, le chagrin, l'amour, le sexe..." et le compromis est impossible.

Dans les mots et la mise en scène de Peter Verhelst, Oscar Van Rompay joue son rôle. Oscar est Oscar. Africa est la part kenyane de sa vie, sa moitié d'incertitude et de doute, ce pays qui désarçonne, la maladie et la mort qui guettent et son rêve qui s'amenuise.

Africa. Une performance. Un texte. Un spectacle puissant, nu, cru et dérangeant. Une mise en doute. Un déchirement. Europa et ses grands yeux.

Distribution
Texte Peter Verhelst, Avec Oscar Van Rompay, Musique Kreng, Traduction française Monique Nagielkopf, Traduction du texte vers le Swahili Marta Krajnik

 

Source: plumencre
Donnez une note à cette news
Envoyer votre commentaire
Publie comme
0 Commentaires
Les plus anciens | Les plus récents | Les plus appreciés | Plus commentés
Envoyer votre commentaire